Oct 17

Bilan : les guides de voyages

par dans Les guides de voyage

Tags: , , , , , , ,

Petit bilan sur notre ressenti concernant les guides de voyages.

Avant notre départ, nous avons consulté au moins un guide par destination, parfois en version papier, souvent en version électronique. Ils nous ont surtout servi à défricher le terrain, à estimer les budgets et à entrevoir l’itinéraire macro.

Au moment du départ, nous avons fait le pari de partir avec des guides électroniques sur liseuses (e-reader). Rapidement nous nous sommes rendus compte qu’ils étaient difficilement utilisables au quotidien, même sur un ordinateur, à fortiori sur une liseuse. En effet, pour le moment, les liseuses sont parfaites pour lire des livres classiques (lecture linéaire) mais ne sont pas assez puissantes pour gérer des fichiers volumineux et surtout pas du tout pratiques pour une lecture non linéaire. Par exemple, visualiser la carte d’une ville, puis les descriptifs des hôtels qui se trouvent 15 pages plus loin peut devenir un vrai chemin de croix. Enfin, la liseuse, c’est assez fragile (j’ai endommagé l’écran de la mienne), ça craint l’eau, le sable, les voleurs et les chocs. Un bon vieux livre papier est plus résistant.

C’est dommage car il est plutôt facile d’obtenir des versions électroniques récentes si on lit l’anglais. Le site du Lonely Planet version anglaise est relativement bien fait et il est même possible de récupérer uniquement les chapitres voulus. Néanmoins, la version française du LP est assez casse-pied avec leur système de protection contre le piratage. Quant au Routard, il n’existe pas (encore ?) en version électronique.

Comme nous nous sommes rendus compte que les versions électroniques n’étaient pas des plus pratiques, nous sommes revenus assez vite aux versions papier. A part quelques exceptions, les Lonely Planet sont les plus faciles à trouver sur la route. Les Rough Guides traînent parfois sur les étagères des guest houses, le Routard est par contre pratiquement impossible à trouver. Dans certains pays (Cambodge, Thaïlande…), des versions photocopiées existent mais elles ne sont pas toujours de la première fraîcheur. De plus, les dates de publications sont souvent modifiées pour faire croire à des éditions récentes. Evidemment, il faut lire correctement l’anglais car seules les versions anglaises circulent. Les versions françaises sont plus que rares.

Au niveau du contenu, nous avons eu de nombreuses surprises. Globalement, la qualité des Lonely Planet est assez décevante. Mis à part le guide balinais, les LP ont souvent des données datées. Le pire est au Pérou et en Bolivie où les guides frôlent l’inutilité. Le plus embêtant est le manque de prise de position du LP. Les listes d’hôtels et de restaurants sont souvent de simples énumérations et nous sommes parfois perdus devant leur exhaustivité. Le Routard est quand à lui un peu extrême dans ses positions. Le bon compromis et la bonne surprise, c’est le Rough Guide.

Les guides Rough Guide sont faciles à utiliser avec leur mise en page claire. Les listes des hôtels et des restaurants sont assez restreintes mais suffisamment importantes pour faire son choix. Le poids est aussi moindre puisque les éditeurs du Rough Guide ont compris qu’il fallait mieux mettre du papier fin. Le seul inconvénient est qu’ils ne sont disponibles qu’en anglais et pas toujours faciles à trouver. Néanmoins, le site du Rough Guide est bien fait et surtout nous pouvons y retrouver les informations présentes dans les guides (hôtels, restaurants, etc..). Attention, l’aspect culturel est assez pauvre dans ces guides. C’est vraiment un guide pratique pour visiter un pays et pas un guide Michelin.

Le guide de voyage ultime est en fait une combinaison de recherches internet (TripAdvisor…), du bouche à oreille et surtout de bon sens. Les commentaires laissés sur les différents sites communautaires permettent de rapidement se faire une idée. Il faut quand même rester vigilant, un gérant d’hôtel où nous avons séjourné en Inde poussait ses clients à écrire de bonnes critiques en leur offrant des boissons. De plus, les attentes de certains sont parfois très différentes des nôtres. Il faut donc savoir lire entre les lignes. Quand on lit que la chambre d’un motel canadien était moyenne car il n’y avait que du salon liquide dans la salle de bain et non des échantillons, nous rigolons doucement !

3 Commentaires sur “Bilan : les guides de voyages”

  1. De Laura:

    Je pars avec mon guide LP de Bali, j’espère que je ne m’encombre pas pour rien ( c’est qu’il pèse l’animal) et en plus il date de 2009 …
    J’imagine bien la galère de lire un livre sur liseuse :/ déjà qu’avec le papier on s’embrouille alors là on n’a plus de pouce à la fin !

    Posté le 17 octobre 2012 à 16:23 #
    • De Cécile:

      Bon voyage à Bali ! Nous avions adoré !

      Posté le 20 octobre 2012 à 16:28 #
  2. De Julien B.:

    Après avoir testé plusieurs guides francophones (routard, evasion, petit futé et Lonely P). Nous partons maintenant avec le Lonely. Et sauf quelques surprises en Islande nous sommes plutôt satisfaits dans l’ensemble. Mais il est vrai que nous n’avons pas votre expérience.
    Ju

    Posté le 30 novembre 2012 à 22:22 #

Ecrire un message / commentaire